Le plan national d’actions pour la protection des zones humides

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le plan national d’actions pour la protection des zones humides

Message par fredfaz le Mer 17 Fév - 6:47

Le plan national d’actions pour la protection des zones humides
10.février2010

La secrétaire d’État chargée de l’écologie a présenté une communication sur le plan national d’actions pour la protection des zones humides pour 2010-2012.

En France comme dans le reste du monde, la régression des zones humides n’a pas été enrayée. Les deux tiers d’entre elles ont disparu depuis le début du XXème siècle. Pourtant les services rendus par ces zones sont nombreux et importants, allant de l’épuration des eaux à l’expansion des crues, en passant par le stockage de carbone ou le maintien de la biodiversité.

En 2009, un groupe du Grenelle de l’environnement a été installé afin d’élaborer un plan d’actions en faveur des zones humides. Ce plan est maintenant prêt à être mis en oeuvre. Il vise à stopper la régression des zones humides en France, notamment par la diminution des atteintes diffuses et par la valorisation de ces zones par des pratiques agricoles adaptées.

Vingt neuf actions doivent permettre de développer une agriculture durable dans les zones humides, de valoriser le rôle de ces zones en milieu urbanisé, d’améliorer leur connaissance et leur protection et de contribuer à leur valorisation au niveau international.

Parmi ces actions, un appel à projets spécifique, doté d’une enveloppe de 10 millions d’euros sera lancé en 2010 pour soutenir des collectivités ou leurs groupements pour l’acquisition, le maintien et la gestion de zones humides contribuant à la réduction du risque d’inondation.

L’acquisition de 20 000 hectares de zones humides prévue par le Grenelle de l’environnement débutera en 2010 grâce aux agences de l’eau et

au conservatoire du littoral.

Au premier semestre 2010, la création d’un parc national de zone humide disposant d’un cœur de parc de plus de 10 000 hectares sera proposée. Les dossiers techniques de cinq sites potentiels (marais littoraux, zones humides de vallées alluviales ou têtes de bassin) seront mis en consultation en avril, en vue du choix d’un site en juin.

Dans les trois ans à venir, une trentaine de nouvelles zones humides françaises sera inscrite au titre de la convention pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides, dite « de Ramsar », en privilégiant les sites ultra-marins (mangroves, récifs coralliens et forêts humides) et les sites péri-urbains.
avatar
fredfaz
Admin

Messages : 732
Date d'inscription : 07/02/2010
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plan national d’actions pour la protection des zones humides

Message par jeanluc33 le Sam 3 Avr - 15:49

Les zones humides
L'IMPLICATION DES ACTEURS CYNEGETIQUES DANS LA CONSERVATION DES ZONES HUMIDES DE GIRONDE
Les zones humides sont parmi les milieux naturels les plus menacés à l'échelon mondial. La disparition de ces milieux provient essentiellement de la conversion de l'agriculture traditionnelle (élevage extensif) en agriculture intensive (céréaliculture) mais également de l'extention des infrastructures et de la pression urbaine.

Le département de la Gironde a subi de plein fouet ce phénomène à partir des années 80. Conscient de ce problème et des enjeux qui en découlent, les acteurs cynégétiques girondins jouent un rôle important de garde-fou dans la préservation et la bonne gestion de ces milieux riches et variés du département. La superficie départementale actuelle répertoriée par le réseau FDC 33/ONCFS est d'environ 60 000 ha de zones humides définie comme suit « Toute zone de marais, marécages, tourbières ou eaux libres, qu'elles soient naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, que l'eau soit stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, incluant les zones d'eaux maritimes littorales, dont la profondeur ne dépasse pas 6 mètres à marée basse ».

La politique des acteurs cynégétique en faveur de la conservation des zones humides de Gironde repose sur deux types d'actions concernant l'ensemble des complexes humides du département :

L'action individuelle du chasseur de gibier d'eau, propriétaire ou locataire de marais pour la pratique de la chasse à la tonne. Cette activité compte 2.137 installations en Gironde (installations soumises à déclaration préfectorale). L'emprise des mares de tonne (superficie moyenne 1 ha) et des terrains attenants (2 ha en moyenne) totalise plusieurs milliers d'ha de mares inondables et de marais à végétation basse. Ces milieux définis comme « mares temporaires méditerranéennes » et reconnus d'intérêt communautaire, constituent des habitats pour nombre d'espèces végétales et animales.
L'action des instances cynégétiques :
La politique fédérale en faveur des zones humides repose sur cinq actions complémentaires concernant les complexes humides majeurs et menacés:
l'acquisition foncière, avec notre Fondation, dans les grands complexes humides d'importance pour la préservation de la biodiversité ;
la gestion des territoires acquis avec l'aide de comités de gestion locaux ;
la gestion de territoires appartenant à des tiers ;
l'aide à l'acquisition pour les projets des ACCA et des Sociétés de Chasse ;

le subventionnement et l'appui technique de projets de restauration et de gestion de zones humides par les ACCA et les Sociétés de Chasse.


L'acquisition, principale arme de la Fédération :

--------------------------------------------------------------------------------

Plusieurs instances cynégétiques se sont investies depuis les années 90 dans l'acquisition foncière de zones humides d'importance pour la biodiversité et les habitats de la faune sauvage :

•Fédération Départementales des Chasseurs de la Gironde
•Associations communales de chasse
•Fondation Nationale pour la Protection des Habitats Français de la Faune Sauvage (FNPHFFS)
Cette structure nationale, mal connue du grand public remplit un rôle majeur dans l'acquisition de zones humides en Gironde. Créée par les fédérations départementales des chasseurs, la Fondation est reconnue d'utilité publique depuis 1983, chargée de promouvoir l'acquisition pour la conservation d'espaces et de milieux qui présentent un intérêt pour la biodiversité. Ses ressources sont assurées par les cotisations des chasseurs, dont le montant est fixé par l'assemblée générale de chaque fédération (de 0,15 à 0,76 €). A ce jour, plus de 200 territoires, pour une superficie de 6.000 ha environ ont été acquis en France.

La Fédération de ses fonds propres ou en partenariat avec la Fondation a développé une politique d'acquisition active en faveur de ces milieux riches et fragiles. La liste des territoires à sauvegarder ou à réhabiliter est très longue et les opportunités nombreuses, la Fédération a donc défini un certain nombre de critères pour l'acquisition de ces zones humides :

•Territoire situé dans un complexe humide important pour les oiseaux d'eau et la chasse du gibier d'eau ;
•Territoire menacé de drainage ;
•Territoire drainé et pouvant être restauré ;
•Territoire important pour la conservation de la biodiversité des zones humides du département ;
•Territoire pouvant jouer un rôle important pour l'accueil des oiseaux d'eau en migration et en hivernage.
Bilan des actions engagées en Gironde :
46 territoires ont été acquis pour une superficie totale d'environ 642 ha


•FNPHFFS/FDC : 29 sites pour environ 407 ha
•FDC : 7 sites pour environ 145 ha
•ACCA et SC : 10 sites pour environ 90 ha

Les territoires acquis à ce jour par la Fondation et la FDC sont situés au sein de cinq complexes humides dont deux concentrent une part importante des sites : d'abord le Blayais, ensuite le Nord-Médoc dans une moindre mesure.

Bilan pour le complexe humide des marais du Blayais :
26 territoires acquis pour une superficie d'environ 299 ha, dont : 22 territoires acquis par FNPHFFS/FDC (environ 279 ha) et 4 territoires acquis par la FDC (un peu moins de 20 ha).

Bilan pour le complexe humide des marais du Nord-Médoc: 4 territoires acquis par la FNPHFFS/FDC pour une superficie d'environ 110 ha.

Le coût financier des opérations d'acquisition de marais et prairies humides sur l'ensemble du département de la Gironde par les acteurs cynégétiques s'élève aujourd'hui à plus de 1 000 000 €.



L'acquisition de zones humides par les associations de chasse communales

--------------------------------------------------------------------------------

Un certain nombre d'ACCA et de sociétés de chasse qui possèdent du marais sur leur territoire ont fait le choix judicieux d'investir dans l'acquisition un certain nombre de territoires, dans la limite de leurs moyens, pour la sauvegarde de ces milieux (avec l'aide ou non de la Fédération) ;
L'acquisition se résume aujourd'hui à 88,83 ha en 10 territoires.



La gestion des acquisitions

--------------------------------------------------------------------------------

La gestion de ces acquisitions est déléguée à des comités locaux créés à cet effet et composés des responsables cynégétiques. Ils ont été créés à l'échelle de l'entité de la zone humide pour mieux appréhender la gestion globale et intégrée de l'ensemble des petits territoires en gestion aujourd'hui.
Ces comités ont un rôle de proposition sur le statut cynégétique, la gestion de l'eau et de la végétation ainsi que sur la communication.
Quatre comités de gestion fonctionnent à ce jour :

•Marais du Blayais
•Marais du Nord Médoc
•Marais du Médoc
•Boucolle (Bassin d'Arcachon)
Le dernier échelon est la commission fédérale qui valide les propositions des comités de gestion pour une validation par le Conseil d'Administration de la Fédération.

Pour la gestion et l'entretien des propriétés, la fédération s'appuie sur un réseau de partenaires agriculteurs bien étoffé
Pour la gestion des différentes acquisitions, des partenariats sont conclus avec des éleveurs ou des associations locales sous la forme de prêts à usages gratuits, avec un cahier des charges spécifique à chaque territoire, pour une gestion agri-environnementale.

Les principes généraux :
Objectif : biodiversité
La diversité des territoires, en superficie et en richesse biologique, a conditionné fortement les choix et les modalités de gestion. Face à ce constat, il a été instauré une gestion calquée sur des principes écologiques fondamentaux.

Gestion de l'eau
Respect du cycle de l'eau,
Favoriser la présence d'eau douce en période hivernale,
Gestion différenciée des niveaux d'eau suivant les saisons et les espèces recherchées,
Variations progressives des niveaux d'eau,
Exondation estivale,
Fossés et canaux en pente douce.
Gestion de la végétation
Diversifier les types de milieux,
Associer un ou plusieurs partenaires agriculteurs-éleveurs à la gestion d'un site,
Instaurer un pâturage extensif,
Déterminer des périodes de fauche adaptées aux exigences écologiques des espèces,
Favoriser roselières et boisements humides, sous forme de massifs et/ou de linéaires en périphérie du territoire et le long des canaux et fossés.


La gestion et l'entretien de zones humides appartenant à des tiers :

--------------------------------------------------------------------------------

La Fédération et les structures cynégétiques locales ont développés des partenariats de gestion sous forme de conventionnement avec divers organismes et propriétaires privés.

La gestion de territoires appartenant à des tiers, comme par exemple la Réserve de Chasse et de Faune Sauvage EDF à Braud et Saint-Louis (convention de gestion avec le Centre Nucléaire de Production d'Electricité du Blayais depuis 1988).

L'aménagement de territoires en partenariat avec d'autres partenaires publics, comme l'aménagement pour la remise en eau du marais de Langouarde sur la commune du Porge, avec le Conseil Régional d'Aquitaine, le Conseil Général de la Gironde, la commune du Porge et l'Agence de l'eau Adour Garonne.

L'exemple des projets de restauration de Lagunes par des ACCA et Sociétés de Chasse avec des propriétaires forestiers sous forme de convention de gestion. Opérations financées chaque année, suivant les projets, par la Fédération. Ces opérations de réhabilitation ont l'appui technique et scientifique du Conservatoire Régionale des Espace Naturels d'Aquitaine (CREN) (convention de partenariat entre le CREN et la Fédération). A ce jour plusieurs lagunes ont été restaurées par les chasseurs locaux avec l'accord de propriétaires forestiers, dont les plus remarquables sont situées sur la commune de Captieux.


La Fédération subventionne les associations de chasse de Gironde pour des actions de gestion de la végétation mais également de restauration de zones humides. Dans certaines zones humides du département, le chasseur est le dernier usagé présent qui s'efforce d'entretenir ces espaces menacés par l'enfrichement. C'est le cas, à titre d'exemple dans les marais de Vendays, de Cubzac-les-Ponts, ... Dans ce contexte, la Fédération soutient financièrement les initiatives locales d'ouverture des milieux ou entretien annuel selon certains critères. En 2007/2008, la Fédération a soutenu financièrement les associations cynégétiques locales pour l'entretien de plus de 450 ha de marais et de prairies humides.

_________________
http://chassesauvagine.forumdediscussions.com/index.htm

jeanluc33

Messages : 199
Date d'inscription : 06/02/2010
Age : 50
Localisation : vallée de la dordogne

http://l-a-c-g-e-v-d-33.purforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plan national d’actions pour la protection des zones humides

Message par jeanluc33 le Sam 3 Avr - 15:52

Le contexte girondin
La particularité du département de la Gironde se trouve dans la diversité des milieux qui offrent au chasseur girondin un vaste espace pour pratiquer son loisir avec une certaine liberté.
La Gironde renferme une grande diversité de milieux et de paysages, dans lesquels le chasseur, l'agriculteur et le forestier, jouent un rôle prépondérant en matière de gestion et de conservation des espaces et des habitats de la faune sauvage.

L'occupation du sol en gironde est marquée par la forêt de pins des Landes de Gascogne (près de 300 000 ha) et par le vignoble (près de 150 000 ha).

Le paysage est différent d'Est en Ouest, la rive gauche de la Garonne dominée par la forêt de Pins, la rive droite riche en zone agricole (viticulture), entre les deux la zone urbaine de Bordeaux. La rive gauche est composée de grandes communes renfermant de vastes étendues chassables tandis que la rive droite est maillée de petites communes avec un petit parcellaire. Ces différences se retrouvent dans l'organisation et la gestion de la chasse, des territoires et du gibier.Le territoire girondin est marqué par une multitude de terroirs qui proposent diversité et richesse paysagère et faunistique.

_________________
http://chassesauvagine.forumdediscussions.com/index.htm

jeanluc33

Messages : 199
Date d'inscription : 06/02/2010
Age : 50
Localisation : vallée de la dordogne

http://l-a-c-g-e-v-d-33.purforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le plan national d’actions pour la protection des zones humides

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum